Éditions

Nos meilleurs vœux

Toute l’équipe de la revue Nu(e) est heureuse de vous présenter ses meilleurs vœux pour l’année 2011 et vous invite à vous joindre à la souscription organisée à l’occasion de son 45e numéro, consacré à Gaston Puel.

extrait

« Si je suis au monde, si j’y reste éveillé par quelque grâce obstinée, si j’éprouve un rapport de simplicité entre poésie et quotidienne existence, si je me sens habité ou nourri par ce qui n’est qu’une écoute et une approche et si je nomme valeur cet affrontement bienvenu, je n’en éprouve aucune fierté mais plutôt quelque crainte, celle de n’avoir pas transmis au mieux cette palpitation. »

Gaston Puel.


La revue Nu(e), dirigée par Béatrice Bonhomme et Hervé Bosio, espace éditorial où s’expérimente la poésie, est également le lieu de l’exercice de l’amitié. Son prochain numéro, coordonné par Éric Dazzan, est consacré à Gaston Puel.

Gaston Puel est né en 1924 à Castres. À la Libération, il rencontre et correspond avec Joë Bousquet, René Char, André Breton. Il participe en 1947 aux activités du groupe surréaliste. Après un séjour au sanatorium, il fonde en 1959 les éditions de La Fenêtre ardente qui publieront René Char, Pierre Albert-Birot, Pierre André Benoit, Joë Bousquet, Jean Grenier, Jean Malrieu, Pierre Gabriel, René Nelli etc. ainsi que des livres d’artistes (avec Arp, Bajen, Ernst, Carrade, Mirò, Dax, Dubuffet, Ubac, Tapies, Staritsky, Héraud, etc.). En 1971, il dirige à l’Université de Maryland (USA) deux séminaires sur Claude Simon et René Char.

Il a publié un essai sur Lucien Becker (Pierre Seghers, coll. « Poètes d’aujourd’hui », 1962) ainsi que de nombreux recueils dont Paysage nuptial (Guy Lévis-Mano, 1947), La jamais rencontrée (Pierre Seghers, 1950), Ce chant entre deux astres (Henneuse,1956), D’un lien mortel (José Corti, 1962), La lumière du jour (La Fenêtre Ardente, 1967), Terre-plein (Thierry Bouchard, 1980), L’incessant, l’incertain (Sud, 1987), L’herbe de l’oubli (Thierry Bouchard et Yves Prié, 1996), L’Âme errante & ses attaches (L’Arrière-Pays, 2007), etc. Plusieurs de ses poèmes accompagnés de peintures de Baltazar, Slacik, Jorda, Héraud, Équer, etc. ont paru aux éditions Rivières.

L’œuvre de Gaston Puel est le lieu où s’élabore ce qu’un manuscrit de 49 appelle une « mythologie personnelle ». Il s’agit d’abord pour le poète de tendre vers soi en descendant « dans le labyrinthe de la mémoire » et en y jouant « des coudes avec des fantômes ». La décision de céder à ce vertige inaugural donnera à l’œuvre qui va s’écrire sa dimension autobiographique. S’affirmera au fil des recueils le double souci de soi et du monde, d’un monde qu’il reste toujours à dégager de soi, de ses fantômes et de sa mémoire, pour le rendre respirable.

Ce volume propose :
- un entretien d’Éric Dazzan avec Gaston Puel ;
- un choix de poèmes récents de celui-ci ;
- des témoignages ou des études critiques de Yves Bonnefoy, Casimir Prat, Pierre Dhainaut, Christian Hubin, Georges Mounin, Jean-Marie Barnaud, Alain Freixe, Gérard Bocholier, André F. Jeanjean, Jacques Moulin, , Georges Cathalo, Michael Bishop, André Bellatore, Michèle Monte, Régis Lefort, Yves Ughes, Francois Huglo, Éric Dazzan ;
- un choix de lettres de Joë Bousquet, René Char, André Breton, Gaston Bachelard, Jean Malrieu, Jean Luissel, Yvon Bélaval ;
- une bibliographie ;
- des illustrations de Gaston Puel, Julius Baltazar et Anne Slacik.

Pour ce numéro de caractère exceptionnel, la revue organise une souscription. Le volume peut être obtenu au prix promotionnel de 17 € avant avril 2011, en renvoyant le talon ci-dessous. Après cette date, la revue sera en vente au prix normal de 20 €.

Pour vous associer à cette parution, téléchargez le bulletin de souscription.

Documents

Bulletin_de_souscription_Nu_e_46_PUEL.doc